samedi 5 novembre 2022

Témoignage d'Angéline GALAMPOIX,
Professeure au lycée Marc Bloch


     Le groupe Make Art Bloch s'est monté progressivement et naturellement grâce à l'initiative et la motivation de quelques élèves dynamiques, inspirés et guidés par mon collègue Pascal Jeanne

   D'abord simple spectatrice, j'ai eu le plaisir de constater que les concerts et animations périodiques menés par un groupe d'élèves de plus en plus nombreux suscitaient l'enthousiasme des jeunes et du personnel du lycée, tous heureux de voir le lycée vivre à travers les arts, et heureux de voir des élèves tous très différents se rassembler pour partager des messages d'espoir, de solidarité, d'humanité.

   Par la suite, j'ai rejoint la troupe pour une modeste participation au chant avec d'autres élèves. J'ai alors pu voir à quel point les talents et les idées des uns et des autres pour faire vivre les valeurs humanistes de la République se complétaient avec une énergie et une symbiose bluffantes. Ma participation au chant m'a également mise sur un pied d'égalité avec les élèves, qui m'ont encouragée et guidée, moi qui n'avais jamais chanté face à un public ! Je pense sincèrement qu'ils se sont sentis valorisés d'endosser à leur tour le rôle de coach, et de constater que même au lycée, nous ne sommes jamais réduits à une simple étiquette de prof., d'élève, de vieux, de jeune, de blanc, de noir, de Chrétien, de Musulman, d'athée... 

   Nous avons tous découvert des facettes des uns et des autres qui nous ont donné encore plus envie de travailler ensemble. Ce projet fait partie des choses qui donnent du sens à mon métier d'enseignante / coach / apprenti multi-domaines, et je suis certaine que Make Art Bloch a un bel avenir !

vendredi 4 novembre 2022

 Madame Maryse Morenne,

Secrétaire de direction du lycée





   Lorsque j’ai été sollicitée pour participer à la première manifestation que le lycée envisageait d’organiser pour promouvoir la laïcité, j’ai été extrêmement heureuse.

   Bouleversée par l’assassinat de Samuel Paty, il me semblait important d’aborder ce thème et d’honorer la mémoire de notre collègue.

   J’ai, immédiatement, été séduite par le choix de privilégier la musique et j’ai été émue par la ferveur des nombreux élèves qui ont compris l’importance du projet et qui ont tout de suite souhaité y participer.

   Ils chantent, ils jouent de la musique, ils présentent des textes qu’ils ont écrits ; et je suis à chaque fois émue de voir tant de talents s’exprimer au nom de la laïcité. Les adultes de l’établissement s’associent à eux mais ce sont bien les élèves qui sont toujours au cœur des manifestations et c’est ce qui est le plus touchant.


Témoignage de Marius YRRIEN,
élève en 1ère puis Tale





J'ai eu l'occasion de participer à de nombreux événements organisés par le groupe Make Art Bloch : le premier auquel je pris part fut donné en hommage à Samuel Paty, tout comme le dernier qui, au moment où j'écris, est le plus récent. Ayant contribué tôt et régulièrement à ces manifestations des valeurs républicaines à travers l'art, j'ai pu constater l'évolution environnementale et personnelle qu'elles ont pu provoquer. C'est d'ailleurs précisément ce que je me propose d'exposer ici.

L'objectif de la première cérémonie était de donner au lycée un moment pour contempler à nouveau la gravité et les enjeux de l'assassinat de Samuel Paty. Le groupe n'existait pas réellement ; quelques élèves volontaires ont été réunis pour communiquer leurs impressions et leurs idées de façon personnelle, par un art auquel ils étaient initiés et sensibles. Le moment offert au lycée fut simple, grave et touchant à mon opinion : quelques textes (des discours, des poèmes) accompagnés de musique et une interprétation du Chant des partisans. J'ai pu, à cette occasion, lire un poème de ma composition. À ce moment-là, je ne m'imaginais pas capable de faire la lecture de quoi que ce soit devant un public aussi important et aussi inconnu que celui qui m'écoutait, ni d'écrire quoi que ce soit qui en soit digne. Je pense que cette expérience m'a permis de démystifier l'épreuve orale, c'est aussi à ce moment-là, voyant l'accueil qu'avait reçu ma production, que j'ai commencé à accorder plus de crédibilité à mes textes.

Nous avons ensuite organisé un moment de commémoration des génocides. Les effectifs d'artistes étaient déjà significativement plus importants et plus variés : nous avons été rejoints par d'autres instrumentalistes, par d'autres orateurs et par des artistes plastiques, aussi avons-nous pu varier les performances artistiques qui composaient la cérémonie. J'ai lu et composé un discours qui avait l'ambition de présenter la cérémonie, son sujet et ses enjeux. L'idée de parler devant un public me semblait alors moins affreuse, bien que je fusse toujours assez intimidé. À nouveau, le retour du public et de mes collaborateurs (élèves, professeurs et personnel) quant à ma performance me fit prendre confiance en mes productions.

L'animation donnée le jour international des droits de la femme fut autrement intéressante du fait que le sujet n’appelait pas la même gravité que les spectacles précédents : il s'agissait d'un rappel des luttes passées et d'une invitation à la mobilisation quant aux luttes présentes concernant les droits de la femme. Le nombre d'artistes avait alors encore augmenté et, si les textes lus cherchaient plutôt à mettre en exergue l'importance des combats et des victoires en matière de parité, les morceaux interprétés permettaient une célébration de la femme et de ses accomplissements grâce à leur caractère entraînant (ce qui, pour des raisons évidentes, ne se retrouvait pas dans les cérémonies précédentes). Je lus alors un discours que j'avais composé qui, comme lors de la cérémonie précédente, devait exposer le sens d'une telle animation. Je me rappelle avoir été étonnement serein au moment de parler et toujours aussi réjoui d'avoir été bien reçu.

Suivit ensuite le moment organisé à l'occasion de la journée de la fraternité. Contrairement aux autres animations qui ne purent qu'évoquer leur sujet, celle-ci en fit une édifiante démonstration : une cinquantaine d'élèves collaborèrent, selon la discipline artistique à laquelle ils étaient initiés, afin de créer un spectacle vivant au sujet de et à partir de la fraternité. Les artistes étaient encore plus nombreux et, cette fois, nous fûmes rejoints par des acteurs et par des danseurs. Cette animation fut autrement plus festive que la précédente (en adéquation avec la fin d'année scolaire). J'y ai participé en jouant et en écrivant. J'ai en effet pu jouer, avec mon jumeau, un extrait d'une pièce de théâtre et j'ai pu écrire trois scènes au propos introductif et explicatif : deux choses que je n'aurais jamais eu la confiance de faire en début d'année. Les difficultés que j'ai pu rencontrer n'étaient plus les mêmes que celles qui m'étaient familières (manque d'aisance à l'oral, de confiance à l'écrit), elles résidaient surtout dans la nouveauté de ce que j'entreprenais.

Un peu avant la fin de l'année, il me fut proposé de participer, avec d'autres membres du groupe Make Art Bloch, à la fête de la musique de la commune du lycée (Val-de-Reuil). Je n'avais alors jamais exercé une discipline musicale. J’obtins cependant des retours très positifs quant au slam que j'ai interprété, ce qui fut une très agréable et inespérée surprise.

En ce début d'année, le groupe se reconstitue, suite au départ des élèves de terminale. Grâce à l'aide de nouveaux artistes, nous avons tout de même pu organiser un moment musical peu après la rentrée. Je nommais alors les artistes et les morceaux qu'ils interprétaient, ce qui est maintenant pour moi une simple formalité. Nous avons donné un concert analogue lors de l'échange franco-allemand organisé par le lycée. Il me fallut alors parler en français et en allemand.

Enfin, nous avons réitéré la commémoration de l'assassinat de Samuel Paty : un moment solennel et, à mon goût, puissant, de lecture de compositions et d'interprétations de chants. J'ai alors pu lire un poème de ma composition, ce qui n'est plus, pour moi, une épreuve angoissante.

Si je devais résumer cette chronologie par les effets qu'elle a eus, je dirais que ces animations ont permis au lycée de profiter de l'art dormant de ses élèves et de ses professeurs qui s'en servirent pour questionner, éprouver et manifester les valeurs de la république : chacun a pu profiter, voire participer à une exploration et à une réflexion sur ces valeurs et leur importance. Les artistes du lycée ont pu se rencontrer ; j'ai moi-même fait la connaissance de nombreuses personnes de cette façon. C'est surtout l'évolution personnelle que je constate chez moi et que j'ai pu constater chez d'autres qui m'impressionne le plus. Au début de la dernière année scolaire, je ne me serais pensé ni capable d'écrire un texte qui vaille la peine d'être lu, ni de le lire. Aujourd'hui, à force d'expérimentations et d'expériences, je me sais capable de jouer, de slamer, de parler devant un public français ou allemand et d'écrire un discours, une pièce de théâtre, un poème ou un témoignage.

jeudi 3 novembre 2022

Chloé Grajewski

 

Témoignage de Chloé Grajewski,

élève de terminale

au lycée Marc Bloch de Val de Reuil





Projet Valeurs de la République


   J’ai eu la chance de participer au projet Valeurs de la République durant l’année 2021-2022, mon année de terminale. Durant tout le projet, j’ai pu tester mes compétences oratoires ce qui m’a permis d’acquérir une certaine aisance dans la prise de parole en public. Le projet m’a aussi permis de mettre en avant mon sens de l’organisation, notamment durant les répétitions et les événements, dans la fonction de régisseuse.

   Cette expérience fut grandement enrichissante sur bon nombre d’aspects. Grâce à ce projet, j’ai pu rencontrer des personnes de plusieurs niveaux et filières avec qui je n’aurais probablement jamais eu d’interaction en temps normal. Ce projet m’a aussi permis de mieux appréhender « les valeurs de la République », et notamment la laïcité, qui était jusqu’alors un concept assez flou pour moi : nous voir, élèves et professeurs, tous réunis dans la création d’un événement pour célébrer ou rendre hommage m’a permis de prendre conscience de l’importance et de la richesse de ces valeurs républicaines.

   Je suis donc ravie qu’un tel dispositif ait été mis en place dans notre lycée, car il permet de transmettre Les Valeurs de la République de façon moins scolaire ce qui permet une meilleure transmission et acquisition pour tout le monde aussi bien pour ceux qui assistent que pour ceux qui participent aux événements. »


Antoine Cadec

 

Témoignage d’Antoine Cadec,

élève de terminale

au lycée Marc Bloch de Val de Reuil



Make Art Bloch fut l'une de mes plus grandes fiertés. Avoir pu faire partie d'un groupe qui a fait tellement de bien pour la vie lycéenne est d'une félicité sans équivalent. Voir des professeurs déversant un torrent de bienveillance et de courage. Voir les mouvances d'élèves, de services civiques et de toutes personnes s'accaparant la scène comme une mère bercer son enfant. Voir les applaudissements d'élèves fiers de ce qu'ils avaient pu découvrir. Tous ces événements chaleureux ont permis de métamorphoser nos vies de lycéens.

Je prendrai mon exemple, étant celui que je connais le mieux, pour illustrer mon propos. Ce groupe musical s'est construit sur les fondements d’un autre atelier qui avait pris ces racines deux ans plus tôt : l'atelier d'éloquence. Je faisais partie de ce groupe qui m'avait déjà permis de m'exprimer à travers divers concours, plaidoyer ou réquisitoire, éloge ou blâme. Mais, suite aux divers confinements liés à la pandémie, cet atelier s'est progressivement essoufflé jusqu'à disparaître. Personne n'aurait pu deviner ni même esquisser le chemin que nous allions parcourir durant ma dernière année au lycée.

L'évolution a été constamment positive entre le premier événement consacré à Joséphine Baker en novembre 2021 jusqu’au dernier de l'année dernière ayant pour thème la fraternité. Une amélioration en nombre. Sans cesse, le nombre d'intervenants actifs, voyant le succès des spectacles, ne cessait de croître : le nombre des musiciens et des interprètes (de tous âges et de toutes filières) augmenta exponentiellement et de nouveaux acteurs (comédiens ou danseurs) se sont joints au noyau initial. Cette troupe composée d'élèves et de membres du personnel a permis réellement de construire un "bloc" qui permettait, même à des élèves timides, de pouvoir vaincre leurs peurs puisque tout était fait dans la bienveillance et l’entraide. Cela a créé des liens très forts entre les élèves, comme une deuxième famille.

Les spectacles proposés étaient de plus en plus qualitatifs car le groupe était soudé et voulait toujours faire mieux. Si le premier événement n'avait réuni seulement que quelques dizaines de personnes et était assez sobre (pas d'instruments), il a planté les graines de tous les événements qui ont suivi avec de plus en plus de complicité entre la scène et le public. "Ce qui est impressionnant ce sont les mouvements sur la scène pendant et après les musiques ; on a l'impression que tout est chorégraphié" disait en substance un parent d'élève. Au fil des événements, de plus en plus de liberté et de confiance émanaient des élèves ; ils devenaient maitres de la scène ; beaucoup se sont révélés à eux-mêmes et aux autres.

Mon cas peut permettre d'illustrer ce propos. Au premier événement, j'étais chargé de mettre la musique de Joséphine Baker à la radio du lycée. Au deuxième événement, j'avais rédigé et lu un texte en hommage à Samuel Paty, accompagné d'un violoncelle et d'un piano. Au troisième événement, je suis directement allé chanter sur scène en interprétant à la guitare « Nuit et Brouillard » de Jean Ferrat. Je ne maîtrisais à l'époque que les bases de guitare, mais le groupe m'a aidé à prendre confiance pour affronter cette peur et cela m'a fait beaucoup évoluer. Au quatrième événement, sur la journée des Droits des Femmes, j'ai chanté et joué de la flûte traversière, mais j'ai surtout pu écrire et interpréter mon propre texte avec ma propre musique sur scène, en duo avec un groupe d'instrumentistes. En dehors d'être l'un de mes meilleurs souvenirs sur scène, cette expérience m'a fait évoluer de façon considérable. On m'a fait confiance et j'ai réussi à saisir cette opportunité. Le public a particulièrement apprécié cette interprétation ce qui a débouché sur la construction d'un album de musique qui est toujours en cours à l'heure actuelle. Au dernier événement, en plus d'avoir pu chanter ma propre chanson, j'ai également pu interpréter « Rue du Paradis » de Sinik, ce qui reste ma performance préférée sur scène, un trio de chanteurs. On voit bien ici qu'au fur et à mesure, j'ai atteint des contrées que je croyais inatteignables. Et mon cas est loin d'être unique.

Les spectacles n'étaient pas de simples divertissements, ils étaient un réceptacle de valeurs : respectivement la laïcité, la mémoire, le droit des femmes et la fraternité. Cette dimension pédagogique a filé nos événements, créant de nombreuses activités associées à ces spectacles : réflexions autour de cafés-débats, explication d'événements au sein des interprétations par l'intermédiaire d'un orateur, diffusion de musique lors de la semaine...

En conclusion, la création du groupe Make Art Bloch est une réelle et belle réussite, tant pour la transmission de valeurs que pour la mise en valeur de nombreux élèves et de certains professeurs… qui sont devenus des partenaires à nos yeux.


mardi 1 novembre 2022

30/11/2021 - Hommage à Joséphine Baker

30 novembre 2021

Hommage à Joséphine Baker

à l’occasion de son entrée au Panthéon





Avec des élèves volontaires issus de plusieurs classes des différents niveaux :


  • Réalisation d’une exposition basée sur des photographies légendées (et QR code pour informations complémentaires).
  • Confection d’un quizz sur cette exposition (145 élèves de l’établissement ont participé)
  • Animation avec une quinzaine d’élèves au niveau du patio du CDI devant un public d’élèves et de professeurs :

    • Lecture d’extraits de discours de J. Baker (celui de 1954 en français et celui de 1963 en anglais)
    • Présentation de trois œuvres originales confectionnées par des élèves de l’atelier arts plastiques
    • Diffusion de chansons de Joséphine Baker (choisies par les élèves)

Vers la galerie photo.

jeudi 20 octobre 2022

03/06/22 - Fête de la Fraternité

 

Programme du vendredi 3 juin 2022

Journée de la Fraternité


Prélude (12h15-12-30)

1) Nina Simone, Feeling Good

Chanteuse : Sephora Mantsouaka

Instrumentistes :

Batterie : Mathias Meurie ; 2 Guitares : Alexis Cantineau, Quentin Romet ; Basse : Valentine Bauche

2) The Cranberries : Zombie

Chanteuse : Dévy Sam

Batterie : Mathias ; Guitare : Baptiste Perron ; Basse : Valentine

Introduction (12h30)

3) Chloé G. : rétrospective et signification de cette dernière animation

+ présentation du programme général et de la 1ère partie

4) Transition musicale : Kawtar (piano)

08/03/22 - Journée mondiale des droits de la femme

 


Programme – Mardi 8 Mars 2022

Journée internationale des droits des femmes


Le Facebook de Val-de-Reuil en parle !


[11h55-12h05] Prélude :

Respect (instrumental)

Yer Blues (Alexis Cantineau and Co)

 

[12h05] Introduction (10 mn)

1) Mahylis Picot: Brève présentation du sens de cette journée + annonce du déroulé de l’animation de ce 8 mars

2) Chloé Grajewski et Cécile Barbero : Poème de Lessia Oukraïnka

3) La femme est l’avenir de l’homme, Jean Ferrat (1975), Antoine Cadec, Piano : Mathias Meurie ; percussion : Quentin Romet ; flûte traversière : Bernard Chambré

4) Antoine Bultel : Rapide mise en perspective historique jusqu’à la Révolution française

5) Chloé Regereau, Mailys Pimont, Kawtar Rafyq : Lecture d’extraits de la Déclaration des droits des femmes, Olympe de Gouges ; Extrait n°2

6) Antoine Bultel: Reprise de la perspective historique du  XIXs.

 

Développement (45 mn)


L’affirmation du droit des femmes depuis la 2e moitié du XXe siècle

Maîtresses de cérémonie : Mahylis Picot puis Loïs Banguid

1ère partie : Une reconnaissance progressive (années 1950/1970)

 

7) Feeling Good, Nina Simone (1965)

Chanteuses : Séphora Mantsouaka (+ Dévy Sam)

Piano : Mathias Meurie ; Guitare : Baptiste Perron ; Bass : Florian Brocard ; Percussion : Ilya Fursa ; Saxo alto : Alexandre Prigent ; Trompettiste : Valentin Barré Fasquel

Chorégraphie :

Axèle Justin et Emy Darquier sur Feeling good

8) Poème : « Les Ménagères », Esther Granek

(in Portraits et chansons sans retouches, 1976)

Cécile Barbero et Chloé Grajewski

9) You Don't Own Me, Lesley Gore (1963)

Chanteuse : Dévy Sam

Instrumentistes :Valentine Bauche, Amandine Legendre, Quentin R., Baptiste P.

 

Transition

10) Les acquis obtenus de 1944/45 aux années 1970 et les luttes actuelles par Marius Yrrien ; fichier audio.

 

2nde partie : Affirmation et engagement des femmes depuis les années 1970

11) Balance ton quoi, Angèle (2019)

Emy Darquier (et chœur) ; Piano : Mathias, Percussion : Quentin R. ; Basse : Valentine B., Guitare : Baptiste P

 

12) Tout est sombre

Antoine Cadec (2022)

Chanteur/euse : Antoine Cadec et Séphora Mantsouaka

Piano : Mathias ; Percussion : Ilya ; Basse : Florian ; Guitares : Baptiste et Alexis

 

13) Cancion sin miedo, Vivir Quintana (2020)

Emy Darquier + chœur

Guitare : Nino Vincent

Final

14) L’hymne des femmes, du MLF (1971)

Chœur de personnels, d'élèves et de professeurs sous la direction de Mme Whitcutt

Piano : Irem Sahra Duman ; Percussion : Quentin

 

Conclusion (10 mn) :

15) Mme Lefevre et Gabriel Yèche (Évocation des productions de l’atelier Arts plastiques exposées dans le patio)

16) Intervention de Mme Duvallet, adjointe au maire de Val-de-Reuil

17) Discours final de Mme Lefèvre (annonce des activités liées à la semaine des droits des femmes)

10/05/22 - Mémoires de la Traite et de l'Esclavage

 


Mardi 10 mai 2022, journée nationale de commémoration

des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition.

Vers la galerie photo.


-Lieu : salle de conférence S. Paty

-Horaire : 12h30 à 13 heures

​Déroulement :

-1) "Maitre de cérémonie" : Evan LUCAS (1ère G5)

Brève évocation de cette journée nationale  et présentation du déroulé.

-2) Jeanne LEFORT et Jade Thiry (1èreG4) : diaporama sur l'esclavage et la traite négrière

-3) Claude-Exaucée TOUNDE-MASSAMBA (TSTMG2) : court texte de Césaire évoquant la condition d’esclave

​-4) Noah LAROCHELLE (2nde7) : slam sur un texte de sa composition

​-5) Florian BROCART (2nde1) : lecture d'un court texte de F. FANON sur le refus d’être esclave du passé.

-6) Nathan TEMBO-MAKUNIA et Aisnley PINDI (à la technique) : chanson de leur création (lire le texte)

​​

-7) Maëva AKELE (1ère STMG1) : 2e texte de Césaire (sur identité/fraternité)

​-8) Présentation de la  fresque deGabriel YECHE (TG1)

 

-9) Prise de parole conclusive par Mme LEFEVRE

 

28/01/2022 - Mémoire des génocides



Journée de la mémoire

des génocides

et de la prévention

des crimes contre l'humanité

 28 janvier 2022

Lycée Marc Bloch – Val de Reuil




09/12/21 - Journée de la laïcité

 


Accueil des officiels dans le hall

Album photos

12 h - Inauguration de la salle Samuel Paty

Ruban et découverte de la plaque

Mme Lefevre

 

 

Mot de Mme Cantrelle, Conseillère technique de la rectrice pour les établissements et la vie scolaire

 

Lecture des textes + musiques

 

 

1ère lecture (poème de Gauvain Sers : « À Samuel ») : Mehdi Lorente (2nde 8)

2nde lecture (poème inédit) : Antoine Cadec (TG1)

 

Musique (St-Saëns etÀ Fauré/Violoncelle et clavier) : Valentine Bauché (TG1) et sa maman

Onde de U2 (guitare)

Diffusion Vidéo du 1er degré

 

 

Alexis Cantineau (TG1) (guitare électrique)


12h40 - Arbre de la laïcité - hall



Décoration du sapin

Elèves délégués

Lecture de textes

 

Chant des partisans (chœur des personnels, élèves et professeurs)

Kawtar Rafik et Antoine Bultel

 

Marius Yrrien

12h50 – Patio : inauguration Marianne


Chant des Partisans

 

Quentin Romé (percussion)

Dévy Sam (chant)

Chœur

Discours

Mme Duvallet, adjointe au Maire de Val-de-Reuil

 

Dévoilement de Marianne

 

Jodie DOUE et Claude-Exaucée TOUNDE-MASSAMBA (TSTMG2)

Lecture du texte « Liberté, égalité, fraternité, laïcité »

 

 

Mahylis Picot (TG1)

 

Accompagnement musical (arrangement Sting) : Valentine Bauche et sa maman

Marseillaise

Chœur pour le refrain (Adultes : Mme Dardillac, Sophie H, Sylvie M, Angéline G, Jérôme Bourlet, Maryse Morenne, Justine W, Jérome Bourlet, Vincent Soulas, Nicolas Pestres, Sylvie P., Florence K. etc. + élèves : liste définitive à établir, 9 élèves de TG1 et 2 élèves de BTS)

 

Dévy Sam (solo / 3 couplets)

 

Vidéo : portraits de femmes

 

Evan Lucas (vidéoprojecteur)

Antoine Bultel (confection du diaporama)


Couverture de l’évènement par :

- Hugo Bonnet

- Chloé REGEREAU

- Noéline JULIENNE

Mention spéciale pour Christine GRENIER (aide-Labo) et Daniel BRAULT (Agent) pour leur aide précieuse et la fiabilité de leur engagement.


lundi 17 octobre 2022

17/10/22 - Hommage à Samuel Paty



La laïcité martyrisée


M. Frédéric MARCHAND, Adjoint au DASEN

M. Michael COURONNET, Référent académique Mémoire et Citoyenneté

M. le Député Philippe BRUN

Mme Catherine DUVALLET, Municipalité de VAL-DE-REUIL

M. Sylvain VILLA, Délégué du préfet de l’Eure


Programme

Galerie photos

Diaporama diffusé pendant l'hommage

(ctrl+F5 pour le mode diaporama)